PUBLICIDAD
Última actualización web: 06/12/2021

Le groupe " SONAR.

Autor/autores: G. Galli Carminati , Y. Legay, B. Tschopp, L. Zid, A. Hermet, P. Thibault, P. Gorianz, M. Schaya
Fecha Publicación: 20/12/2010
Área temática: .
Tipo de trabajo: 

RESUMEN

La première partie du travail thérapeutique, comme l'avons déjà dit, a pour but la mise en confiance et la diminution de l'anxiété des patients, cette partie utilise largement l'approche du programme TEACCH , en mettant l'accent sur la régularité et la répétitivité des situations dans l'espace et dans le temps.

-----

VOLVER AL INDICE

Url corta de esta página: http://psiqu.com/1-6688

Contenido completo: Texto generado a partir de PDf original o archivos en html procedentes de compilaciones, puede contener errores de maquetación/interlineado, y omitir imágenes/tablas.

Vol. 2, núm. 1 - Marzo 2003

Revista Internacional On-line / An International On-line Journal

Le groupe " SONAR " (pág. 2).
G. Galli Carminati°, Y. Legay°, B.Tschopp°, L. Zid°, A.Hermet°
P.Thibault°, P.Gorianz°, M.Schaya°, M.Gex-Fabry-Pun*
° UPDM : Unité de Psychiatrie du Développement Mental
* Recherche clinique

RESULTATS
En considérant le CARS avant et après participation au groupe Sonar, nous remarquons une
amélioration dans plusieurs items, surtout concernant le patient n°2.
Pour les items imitation (patient n°2) et réponses visuelles (patient n°4), nous constatons une
légère péjoration.
Si nous regardons les moyennes du groupe des patients, nous voyons une amélioration sur tous les
items, particulièrement pour la réponse émotionnelle et l'adaptation au changement, par contre, le
fonctionnement intellectuel reste stable.
La différence est surtout importante dans les items " réponse émotionnelle " , " adaptation au
changement " ainsi que " peur et anxièté " (voir tableaux 4,5a-5b).
En considérant l'ABC avant et après participation au groupe Sonar, nous remarquons que tous les
patients, pris individuellement ou dans leur ensemble, présentent une amélioration dans tous les
facteurs et dans pratiquement tous les items. Cette amélioration est notable pour:
· irritabilité, agitation, pleurs
· comportement stéréotypé
· langage
(voir tableaux 6,8,10,11a-11b).
Nous remarquons que l'amélioration des items plus particulièrement en référence aux troubles
autistiques (CARS : différences 9, 8 et 3) et des items représentatifs des troubles du comportement
(ABC : facteurs 1, 3 et 5) est nette et concerne principalement des items liés aux réponses
émotionnelles et à l'adaptation au changement.
Concernant les réponses sensorielles proximales, la peur et l'anxiété, la communication verbale et la
relation sociale, l'évolution est favorable mais encore peu marquée.
Il est possible de faire l'hypothèse que la participation des patients à cette activité thérapeutique est
encore trop limitée pour permettre un changement plus profond, et que pour le moment nous
observons les résultats de la première phase du traitement ciblant la diminution du niveaux
d'anxiété et du " bruit de fond " du psychisme des patients.

DISCUSSION
La première partie du travail thérapeutique, comme l'avons déjà dit, a pour but la mise en confiance
et la diminution de l'anxiété des patients, cette partie utilise largement l'approche du programme
TEACCH , en mettant l'accent sur la régularité et la répétitivité des situations dans l'espace et dans
le temps.
Nous avons donc travaillé la mise en confiance des patients face à cette nouvelle activité dans un
environnement inhabituel ou complètement inconnu pour certains.
Trois mois ont été nécessaires pour que chaque patient apprivoise les lieux et trouve des points de
repère temporo-spacial à travers l'installation de rituels comme la régularité de l'horaire, la présence
des mêmes soignants, la même tenue vestimentaire, les mêmes musiques diffusées dans le même
ordre, en d'autres termes, nous avons travaillé sur la structuration du groupe à l'identique à chaque
séance.
Pour aborder la deuxième partie de l'approche thérapeutique , nous avons travaillé l'aspect plus
technique de la prise en soins, c'est à dire, la stimulation sensorielle à travers le contact avec l'eau
et la stimulation acoustique (jusqu'à présent essentiellement à l'aide de la musique dans l'eau).

La stimulation sensorielle se fait avec le contact du patient et de l'eau puis à travers le changement
de position (habituellement verticale à la position horizontale).
Ceci, aussi, dans le but très pratique de pouvoir faire entendre la musique aux patients qui doivent
au moins avoir les oreilles au dessous de la surface de l'eau.
Pour les patients plus autonomes et plus à l'aise dans l'eau, nous pouvons leur faire entendre la
musique lors d'une immersion complète, mais ceci doit s'effectuer dans une relation de confiance et
de bien-être , ce qui n'est pas accessible à tous.
La stimulation acoustique est caractéristique et différente de la stimulation acoustique habituelle,
dans le sens où les sons sont perçus à des fréquences différentes par rapport au transport des ondes
dans l'air. D'ailleurs, elle n'est pas seulement celle qui passe à travers le système auditif, mais aussi
celle qui passe à travers la structure osseuse du crâne (mastoïde et crâne) et plus généralement
stimule tout le corps en tant que vibration.

CONCLUSION
Le groupe sonar se caractérise par deux aspects principaux :
- un premier aspect : la diminution du niveaux d'anxiété, qui pourrait être décrit comme le bruit de
fond du psychisme des patients
- un deuxième aspect : la stimulation sensorielle dans le but de reconnecter ( ou connecter) des
circuits neurologiques alternatifs aptes à stimuler les circuits nerveux qui ont été défaillant dans des
phases précoces du développement.
L'hypothèse de base est d'utiliser la plasticité du système nerveux central (et périphérique) des
patients, en les exposant à une situation qui reproduise une étape du développement très précoce,
cela pour permettre l'éventuelle création de circuits vicariants . En termes neurophysiologiques,
notre hypothèse est de récupérer des unités fonctionnelles déjà présentes mais non utilisées et de
permettre le développement de nouvelles synapses, de manière à dépasser, au moins partiellement,
le déficit responsable du déséquilibre qui a engendré le trouble autistique.
D'une façon plus générale, le groupe Sonar est une manière d'appliquer une approche thérapeutique
d'inspiration groupale en faisant évoluer les patients dans une situation proche de celle du milieu
amniotique, pour obtenir, sur le plan neurologique, la correction de la dysharmonie du
développement.
En d'autres termes, nous pensons qu'une thérapie du type décrit pourrait changer les structures
synaptiques en utilisant la plasticité neuronale toujours présente chez l'individu.
Il n'est pas possible d'attribuer de manière unique les changements dans les différentes rating scale
à l'activité thérapeutique du groupe Sonar, car les patients ont bénéficié d'autres interventions
thérapeutiques en Hôpital de Jour ou de l'intervention des soignants de notre consultation et de
l'Equipe Mobile.
Il est important en tous cas de remarquer une amélioration globale des patients sur le plan du
comportement et sur le plan du profil autiste.
Notre conclusion, au moins au préalable, est de dire que la prise en soins avec le groupe Sonar a
donné des résultats satisfaisants après une année d'expérience et qu'il est envisageable de
poursuivre notre démarche dans ce sens.
Nous pensons également continuer l'évaluation de l'évolution des patients avec les outils déjà utilisés
comme l'ABC et le CARS après une nouvelle année de fonctionnement.

(TABLEAU 1)

(ANNEXE 1)

(ANNEXE 2)

( ANNEXE 3)

Home - Consejo editorial - Objetivos - Colaboraciones - Números publicados - Contacto
ASMR Revista Internacional On-line - Dep. Leg. BI-2824-01 - ISSN (en trámite)
CORE Academic, Instituto de Psicoterapia, Manuel Allende 19, 48010 Bilbao (España)
Copyright © 2002

Comentarios de los usuarios



No hay ningun comentario, se el primero en comentar